La ZAD communique


Expulsions des opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes : Halte à la
répression, stop à l’aéroport !

Communiqué de presse unitaire
Depuis le 16 octobre, l’agression subie par
les habitants de la zone concernée par le projet d’aéroport de
Notre-Dame-des-Landes (44), a franchi un nouveau cran.

Parce qu’ils défendaient la préservation des terres agricoles, des
écosystèmes, et ont mis en place des modes de vie alternatifs, les
habitants de la ZAD (Zone d’aménagement différé renommée Zone A
Défendre) et leurs familles ont été chassés de leurs maisons, 15 jours
avant le début de la trêve hivernale, et ces maisons détruites, parfois
illégalement, par les forces de l’ordre.

Nous condamnons la violence déployée depuis la semaine dernière lors
des expulsions par les gendarmes mobiles et CRS envoyés par le
gouvernement, qui illustre ainsi une nouvelle fois son soutien à la
multinationale Vinci, maîtresse d’œuvre du projet d’aéroport.

Depuis plusieurs années, les habitants, et les paysans de
Notre-Dame-des-Landes se battent contre un projet inutile, coûteux,
destructeur de la nature et des terres agricoles (1600 hectares de
terres agricoles et de bocage prévus pour la construction de l’aéroport,
et des milliers d’autres pour les  zones commerciales et industrielles
sur les 20 kilomètres qui séparent Notre-Dame-Des-Landes de Nantes). Ces
terres sont indispensables pour développer une agriculture saine et de
proximité, leur destruction est une signe supplémentaire que le
capitalisme est un modèle de développement économique irrationnel. Quand
toutes les terres agricoles seront construites comment ferons-nous pour
nous nourrir, et où ira se nicher la vie végétale et animale ?

Alors que le gouvernement n’a que la réduction des déficits à la
bouche, comment peut-il justifier de gaspiller des centaines de millions
d’euros, voire plus, pour construire un aéroport dont il n’arrive même
pas à démontrer l’utilité sociale et dont le financement va être assuré
par un partenariat public privé garantissant un retour sur
investissement exorbitant à Vinci?

Depuis l’expulsion, les manifestations de soutiens et les actions
entreprises un peu partout en France sont de plus en plus nombreuses et
témoignent d’une résistance qui en marche

Nous dénonçons  les expulsions et destructions, l’occupation de la
zone par les forces de l’ordre, la répression, ainsi que l’acharnement
du 1er ministre J.M Ayrault, ancien maire de Nantes, à poursuivre le
projet d’aéroport. Nous soutenons les initiatives de soutien à la lutte
de Notre-Dame-des-Landes et appelons à rejoindre les comités de
solidarité et de résistance pour stopper ce projet.

L’heure est à la convergence de toutes les initiatives pour faire reculer le
gouvernement.

Signataires :

Alter Ekolo

Alternative Libertaire,

ATTAC

Fédération Anarchiste

Fédération pour une Alternative Sociale et Écologiste,

Gauche Anticapitaliste,

Ile-de-France Décroissance

Initiative Pour un Autre Monde (IPAM)

Les Alternatifs,

Les Amis de la Confédération Paysanne

Mouvement des objecteurs de Croissance

Nouveau Parti Anticapitaliste,

Parti de Gauche,

Parti Pour La Décroissance

Relocalisons

Union Syndicale Solidaires

Hollande, Ayrault, Notre-Dame-Des-Landes sera votre Larzac

Le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, destiné à
remplacer en 2017 l’actuel aéroport de Nantes Atlantique, a été validé
par l’État et les collectivités locales socialistes. Celui-ci est devenu
le symbole des Grands Projets Inutiles Imposés (GPII).

8 mai 2012 un accord avait lieu entre une délégation du
parti socialiste de Loire-Atlantique et des paysans alors en grève de
la faim, qui s�opposaient aux expropriations et expulsions des terres de
Notre-Dame-des-Landes. Un moratoire stoppait alors toute expulsion et
suspendait les travaux. L’engagement était pris qu’ils pourraient rester
dans leurs fermes jusqu’à la fin des derniers recours concernant les
procédures engagées.

16 octobre 2012 : les occupant-e-s de la ZAD (Zone A
Défendre), et des soutiens extérieurs, résistent aux expulsions et
tentent de réoccuper les lieux vidés de leurs habitant-e-s. Les forces
militaires en présence sont d’une ampleur sans précédent et lancent
chaque jour des opérations de grande envergure afin de les en empêcher.
Le silence des médias restent assourdissant.

L’abus de la violence légitimé par le gouvernement est inquiétant. Les
protestataires sont
inondés de gaz lacrymogène, les interpellations se font à tour de bras,
comme si agir manu militari était l’unique alternative de notre société
dite démocratique.

Au-delà du soutien physique, moral, politique que le Parti Pour La
Décroissance
apporte à cette résistance légitime, pour la préservation d’un vaste
territoire de bocage unique et de terres agricoles, se perpétue la
question de la légitimité de ces trop nombreux grands projets inutiles
imposés et nuisibles (LGV, autoroutes, EPR, Laser Mégajoule…).

Dominique Fresneau, président de l’Acipa, principale association
d�opposants le
rappelle si bien : « Nous comptons en France déjà 145 aéroports (contre 47 en
Allemagne, 37 en Angleterre) »
…sommes-nous à ce point obstinés à dilapider l’argent public dans la
poursuite de tous ces projets pharaoniques sur la pure spéculation de
besoins futurs ?

En fait, il est fort vraisemblable que l’aérien commercial tel que
nous le connaissons ait disparu bien avant que cet aéroport soit
terminé. L’enjeu aujourd’hui n’est plus de gaspiller toujours plus de
pétrole mais bien de nourrir la planète !

Présentés comme le progrès en marche, alors même que de nombreux
experts contestent leur viabilité économique et leur utilité réelle, ces
projets ne reflètent que l’organisation d’une société souhaitée par une
petite minorité. En prônant une pleine jouissance des ressources
planétaires, par le pillage, la destruction des écosystèmes, de la terre
nourricière, le capitalisme nous bouscule vers des logiques imposées de
« maldéveloppement ». Non, « plus » n’est pas forcément mieux, encore
moins lorsqu’il est sans rapport avec les besoins réels de la
population. Les intérêts économiques en jeu derrière tous ces grands
projets mégalomaniaques, posent de véritables questions : pour quoi ? et
pour qui ? Nombreux sont ceux qui sous-estiment leur dangerosité,
dénonçant simplement les nombreux artifices d’une législation de plus en
plus contraignante, destinée à offrir de vaines garanties écologiques
et incitant au greenwashing.

Il existe plusieurs manières d’aménager nos territoires ou de penser nos
organisations collectives.
Par l’expérimentation concrète, de nombreux collectifs deviennent force
de proposition. De véritables contre-exemples prennent vie tout en
répondant à la satisfaction des besoins sociaux. Plaçons-nous du côté du
bon usage, de la frugalité, de la gratuité (des transports publics, de
l’eau…), osons des actes de désobéissance qui interrogent nos
concitoyens, allons jusqu’au bout de la critique par l’invention de
nouvelles pratiques (jardins partagés, AMAP, slow food, accueil-paysan…)
à opposer à chaque nouveau GPII qui se présente près de chez nous !
Montrons combien l’argent gaspillé pourrait permettre d’élargir le champ
des possibles quant « au mieux vivre », pour chacun d’entre nous.

Des petits projets utiles au lieu des grands projets inutiles.

D’autres solutions sont possibles, soyons créatifs et construisons une
alternative
à  ces projets mégalomanes et initions une transition vers de nouveaux
modèles de
sociétés soutenables et souhaitables.

Dès maintenant, nous appelons l’ensemble des
mouvements qui s’opposent au projet destructeur de Notre Dame des
Landes, ainsi que les objecteurs de croissance qui le peuvent, à créer
partout des collectifs de soutien à la lutte des paysans et habitants de
NDDL.

Enfin, il y a cette lettre contre les Grands Projets Inutiles Imposés
(GPII) que
vous pouvez envoyer au président de la république. Plus de détails ici.

Parti Pour La Décroissance

contact@ml.partipourladecroissance.net
http://www.partipourladecroissance.net/

D’autres informations :

« Notre victoire ne sera pas militaire,
elle ne peut être que
politique »
: http://www.bastamag.net/article2710.html

Les anti-Ayrault avaient pourtant voté Hollande
: http://www.partipourladecroissance.net/?p=7308

Les Grands projets inutiles imposés
:
http://paularies.canalblog.com/pages/les-grands-projets-inutiles-imposes/25068235.html

L’art des grands projets
inutiles: http://www.monde-diplomatique.fr/2012/08/DEVALPO/48057

Hollande et les jeunes : http://reporterre.net/spip.php?article3316

Assourdissant silence médiatique sur la guerre civile contre l’écologie à
l’Ayraultport de Notre-Dame-des-Landes

http://www.superno.com/blog/2012/10/assourdissant-silence-mediatique-sur-la-guerre-civile-contre-lecologie-a-layraultport-de-notre-dame-des-landes/

Bridget Kyoto : le nanéroport http://youtu.be/WYqbHXj0Wh4

FLASH INFOsur les expulsions jeudi 18
octobre ici: https://zad.nadir.org/spip.php?article358

A propos mediatours

Blog d'informations sur la ville de Tours et ses environs
Ce contenu a été publié dans Général, Libération animale, Liberté de circulation, ZAD, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à La ZAD communique

  1. anticonfusion dit :

    Parmi les signataires, on trouve quelques politiciens, à savoir « les alternatifs » qui co-gèrent la mairie de Nantes avec Ayrault.
    http://elusalternatifsdenantes.blogspot.fr/
    3 sbires de ce parti ont des délégations…

Les commentaires sont fermés.